• Julie

L'animal et l'enfant, une relation très bénéfique

Les relations qui unissent les animaux et les enfants sont extrêmement riches pour la vie de l'enfant. Chiens, chats, poneys, lapins, cochons d'Inde... On ne se doute pas nécessairement de tous les bienfaits que peuvent apporter ce type de relation, sur l'ensemble des plans de développement. Découvrons ensemble tout ce qu'un compagnon à quatre pattes peut favoriser pour votre enfant.



Une aide précieuse au développement émotionnel, affectif et social


L'interaction avec l'animal a un effet apaisant, rassurant, parfois presque anxiolytique (le ronronnement du chat), très puissant pour canaliser les émotions et renforcer la sécurité affective, calmer le stress et les angoisses, d'autant plus si l'enfant n'a pas développé de lien d'attachement sécure avec ses parents, ou l'un de ses parents.

L'animal aide à la séparation ; d'ailleurs, n'est-ce pas au départ le rôle du doudou, puis de la peluche ? Les objets transitionnels qui apaisent les angoisses des plus petits sont la plupart du temps des animaux, un choix qui n'est pas laissé au hasard.

Sans oublier que nous parents, donnons bien volontiers des surnoms d'animaux affectueux à nos enfants : ma puce, mon chaton, mon lapin, ma biche, ma belette, mon koala, mon p'tit loup, mon ouistiti, ma petite loutre, mon renardeau... une façon pour nous de montrer notre tendresse, de renouer avec notre esprit d'enfance et de reconnaître l'animalité chez notre enfant.


L'enfant communique de bien des façons avec son animal : communication visuelle, olfactive, tactile, non verbale... Cette communication variée permet de développer des comportements sociaux positifs chez l'enfant : sourire, rire, enlacements, douceur, volonté d'interaction, complicité, lien d'amitié, etc.

La relation avec l'animal permet à l'enfant d'apprendre le respect, l'empathie, le consentement (demander l'autorisation de toucher, que ce soit envers son animal ou ceux des autres), l'attention envers l'autre, mais aussi le sens des responsabilités : l'adoption d'un animal est un engagement éducatif, qui incite l'enfant à se responsabiliser et développe la cohésion et le bien-être du cercle familial.


Que de positif ! Et pour ne rien enlever à tous ces bienfaits, grandir avec un animal est excellent pour la santé de l'enfant, car le risque de développer des allergies est fortement réduit.

Cette relation bénéfique n'agit pas que sur les émotions et la socialisation, c'est aussi un puissant moteur du développement corporel et intellectuel.



Une stimulation des apprentissages, un développement de l'imaginaire et de la créativité


Hubert Montagner, spécialiste de la relation entre l'enfant et l'animal, explique que ces relations "déverrouillent le monde intérieur de l'enfant, dévoilent ses compétences, stimulent sa faculté d'apprendre, son imaginaire".


Rien que ça ! L'animal a ainsi un rôle d'éducateur pour l'enfant qui grandit.


Durant les premières années de l'enfant, l'observation de l'animal a un pouvoir de stimulation très important : le bébé voit son attention visuelle soutenue, il apprend à reproduire et imiter, il organise son geste, son aisance corporelle, il utilise des sons pour appeler et développe son langage, il apprend à traiter les informations, décrypter son environnement, avoir un raisonnement structuré, organiser sa pensée...


Observer son animal permet à l'enfant de développer sa curiosité, une capacité à créer, imaginer des jeux. Il devient aussi plus autonome en prenant soin, en s'occupant de l'animal : le nourrir et lui donner à boire chaque jour, changer sa litière ou le sortir pour faire ses besoins, l'éduquer, le brosser, le laver, lui couper les griffes... Autant de tâches que l'enfant apprend à faire en grandissant et favorisent son acquisition de l'autonomie.


Et ce n'est pas fini, outre les bienfaits apportés sur le développement émotionnel, intellectuel, moteur et social, l'interaction entre l'enfant et l'animal apporte un retour à la confiance en soi, à l'estime de soi, un élément très important pour grandir de façon équilibrée.



Estime de soi et identification


L'animal a un effet particulièrement positif sur l'enfant, l'effet miroir. L'animal ne juge pas, son amour est inconditionnel, l'enfant peut lui confier sans crainte ses peines, il peut être lui-même, c'est son refuge. Ce phénomène est particulièrement bon pour retrouver confiance en soi et développer l'estime de soi.


Dans la littérature jeunesse, il existe un nombre assez incroyable d'histoires mettant en scène des animaux. Pourquoi ça ? Les animaux ont une identité, ils sont authentiques, ne trichent pas. L'enfant a la possibilité de s'identifier à l'animal sans se mettre totalement en jeu. Dans les histoires, l'identification peut se faire par rapport à des situations de la vie quotidienne, ou bien via une identification héroïques ou initiatiques ; à la fin, le héros devient lui-même en ayant intégré ses contradictions et affirmé ses valeurs.


L'identification a un réel rôle aidant, car la situation vécue par l'enfant existe, il se sent moins isolé dans son vécu et comprend qu'il y a potentiellement des solutions à ce qui le tracasse.


Les animaux dans la littérature jeunesse et la relation entre l'animal et l'enfant en elle-mêmes permettent enfin une sensibilisation des enfants au bonheur et à la souffrance des animaux, au devenir des espèces animales, à leur protection.



Un outil vers le mieux-être de l'enfant fragile


La relation enfant/animal est une aide fantastique dans le cadre thérapeutique : la médiation animale, ou zoothérapie, a fait ses preuves pour aider les enfants en difficulté : autisme, trisomie, hyperactivité, psychoses, délinquance, échec solaire, milieux hospitaliers...


Les animaux éduqués spécialement pour construire ces relations thérapeutiques aident l'enfant à développer des liens affectifs qui deviennent des repères, des éléments rassurants pour la sécurité intérieure de l'enfant, qui va progressivement déverrouiller son monde intérieur et s'ouvrir à l'autre.

L'animal entraîne le rire, encourage la bonne humeur, transmet de l'affection, ne laisse pas indifférent, sort l'enfant de son isolement, canalise ses émotions, apprend à l'enfant à être Lui.

La relation thérapeutique apporte notamment confiance et libération de l'anxiété.



Pour conclure


Vous l'aurez compris, un enfant qui grandit avec un animal ou au contact des animaux a accès à une belle richesse relationnelle. Il est bien entendu très important de prendre en compte le tempérament de l'animal, son éducation, la notion de consentement, le fait de prendre soin de son animal en le vaccinant régulièrement et en prévenant le risques de maladies.


Pour avoir vécu avec un chien enfant, un hamster étant adolescente et avec un chat depuis mes 20 ans, je suis convaincue par les bienfaits de la présence d'un animal au quotidien, dans son foyer. Mes animaux m'ont toujours énormément apporté et je constate désormais les bienfaits sur mes propres enfants : notre petite minette les a motivés sur le plan moteur (ramper vers elle pour essayer de la toucher, puis foncer à 4 pattes plus grands), leur a apporté beaucoup d'amour et de paix en ronronnant contre eux pendant leurs siestes, leur montre à quel point elle peut faire preuve de patience ; je n'ai jamais eu peur qu'elle s'attaque à eux car c'est tout simplement une crème et nous avons toujours surveillé les interactions.


J'ai choisi la thématique des animaux pour les créations de L'arche de Juju pour toutes ces raisons : ils sont aimés universellement des enfants, ils leur permettent de canaliser leurs émotions, de s'identifier, de devenir plus autonomes, de s'ouvrir socialement. Ils sont les compagnons idéaux de l'enfant qui grandit !


A vos claviers ! Dites-moi en commentaires quels sont les surnoms d'animaux que vous donnez à vos enfants, si vous avez des animaux à la maison et ce que cela apporte à vos loulous.


Sources - Pour aller plus loin


  • L'enfant et l'animal : les émotions qui libèrent l'intelligence / Hubert Montagner ; éd. Odile Jacob, 2002

  • L'enfant et l'animal, une relation pleine de ressources / Daniel Marcelli - Fédération nationale des écoles des parents & des éducateurs ; éd. Erès, 2017

  • L'enfant et la médiation animale : une nouvelle approche par la zoothérapie / François Beiger ; 2e éd. Dunod, 2016







10 vues0 commentaire