• Julie

Les pédagogies alternatives, qu'est-ce que c'est ?

Un grand mouvement pour une nouvelle éducation a commencé à se développer entre les deux grandes guerres mondiales ; plusieurs éducateurs souhaitent changer l'école pour un monde meilleur, pour apprendre aux enfants à vivre en démocratie.

Sept congrès pour une éducation nouvelle ont eu lieu durant ce laps de temps, regroupant des pédagogues, scientifiques, médecins, philosophes ou encore enseignants, qui ont mis en avant des idées conductrices.

Par exemple, les enfants forgent leur propre opinion ; la nature est le lieu idéal des apprentissages ; l'enfant apprend en étant actif et en expérimentant ; il apprend pour lui-même ; les activités manuelles, sportives et artistiques ont la même importance que les activités intellectuelles ; etc.

Le principe étant que l'éducation nouvelle permet de développer la confiance en soi de l'enfant et de réconcilier la culture avec la vie quotidienne en pratique.

Le mouvement n'a pas pris le pas sur l'éducation "traditionnelle" au fil des ans, mais les pédagogies alternatives vivent un regain d'intérêt : nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir proposer autre chose à nos enfants qu'une éducation fondée sur l'obligation, la punition, la récompense et la notation.

Vous voulez en savoir davantage sur ces pédagogies ? Découvrons les principales !



La pédagogie Montessori


Maria Montessori, docteur en pédopsychiatrie, découvre dans ses observations scientifiques que l'on peut davantage aider des enfants considérés comme fous par l'éducation que par la médecine. Elle crée en 1907 une maison pour enfants "normaux" mais réfractaires à l'autorité, en élaborant un matériel dédié et en aménageant les lieux pour y pratiquer sa méthode.

En 1912, elle démissionne de ses fonctions en médecine et se consacre à former des pédagogues à sa méthode ; des écoles ouvrent partout dans le monde sous sa franchise.


Sa théorie est fondée sur le développement libre et individuel des enfants. Son souhait est de les amener à apprendre ce qui les intéresse au moment opportun. Elle a décomposé le développement de l'enfant en différents temps précis. Selon elle, la principale caractéristique de l'enfant est qu'il a "l'esprit absorbant", permettant d'assimiler ses expériences et de se construire. Elle identifie ce qu'elle appelle des "périodes sensibles", des instincts de l'esprit absorbant qui poussent l'enfant à se tourner vers un aspect de son environnement nécessaire à son développement à l'instant T. Ces périodes sensibles contribuent à la construction mentale de l'enfant grâce à un apprentissage naturel, sans effort et avec plaisir. Elles sont facilement reconnaissables, lorsque l'enfant développe une "passion" pour un même type d'activités :


  • à partir d'1 an : l'action ; bébé répète et se déplace partout où il peut

  • vers 18 mois : l'effort maximum ; il exerce sa force

  • 2-3 ans : le langage

  • 3-4 ans : le développement passe par l'expérimentation sur son environnement

  • 5-6 ans : l'écriture, les mots

  • 6-8 ans : notion de l'abstraction, intérêt pour les actes accomplis par les hommes plus que pour les objets

  • 10-12 ans : sortie du huis clos de la famille, élargissement du champ d'action

  • 12 ans et plus : conscience de la vie sociale



Les grands principes


  • Liberté : libre choix de l'activité permettant l'exercice de la volonté

  • Autonomie : laisser l'enfant faire ses expériences selon ses besoins, le meilleur guide vers son autonomie et la maîtrise de son existence

  • Auto-discipline : la liberté du choix pour un enthousiasme naturel de l'enfant, qui lui permet de se concentrer et de persévérer

  • Un environnement préparé : une pièce en ordre, propre, peu chargée, avec des plantes, des meubles à hauteur d'enfant, du matériel adapté, des vêtements et accessoires pratiques pour favoriser l'apprentissage

  • Respect du rythme de chacun, travail individuel

  • Apprendre dans le mouvement et l'expérience sensorielle : manipulation et mobilité du corps comme clefs du développement mental ; un apprentissage plus efficace en touchant et en bougeant

  • Le matériel : il doit permettre d'isoler une chose à la fois, de contrôler l'erreur, être esthétique pour le plaisir de la manipulation et se prêter à l'activité


Quel matériel ?


  • Vie pratique : cadres d'habillage avec boutons, zips..., bassin, éponge et torchon pour le nettoyage, serviettes de table pour le pliage, plateau avec 2 bols et une cuillère pour transvaser de petits éléments, etc.

  • Sensoriel : boîtes à sons, à odeurs, tablettes rugueuses, sac mystère, empilage de cubes de même couleur mais tailles graduelles, solides géométriques etc.

  • Éducation intellectuelle : lettres rugueuses, boîtes d'objets dont le nom est phonétique, barrettes de perles, planchettes de numérotation etc.

  • Dans la chambre : lit bas et couette pour autonomie du lever, du coucher et pour faire le lit ; commode à tiroirs avec images étiquettes pour s'habiller seul, tableau pour dessiner, illustrations sur le thème de la nature, horloge à cadran, étagères basses pour les livres et les jeux avec des paniers et bacs dont le contenu est fixe.

La démarche Montessori pour les parents implique plusieurs choses : présenter au bon moment un matériel, avec des gestes lents ; laisser l'enfant libre de ses découvertes, sans le brusquer ; ne pas l'interrompre ; l'aider à surmonter ses difficultés par lui-même ; ne pas louer, punir ou corriger les erreurs ; l'accompagner dans son développement sans chercher à lui inculquer un savoir.


La pédagogie Montessori est généralement la plus connue des pédagogies alternatives, mais il en existe d'autres, présentant de nombreux intérêts dans le développement de l'enfant.




La pédagogie Reggio Emilia


La pédagogie Reggio a vu le jour au nord de l'Italie, dans la commune de Reggio Emilia, au coeur de la Villa Cella qui accueillait des enfants de 3 à 6 ans dans un concept éducatif mêlant culture, démocratie et liberté. Le projet est confié à Loris Malaguzzi, un instituteur et philosophe convaincu du potentiel immense des enfants et de la nécessité de le développer avec la participation de tous ; parents, habitants, enseignants. Il s'agit d'une pédagogie créative et collaborative. Les écoles et ateliers Reggio progressent dans les 4 coins du monde.


Quelles différences avec la pédagogie Montessori ? Le travail est collaboratif, en petits groupes où enfants et adultes apportent leurs idées pour apprendre ensemble. Les matériaux sont soit issus de la nature, soit de la récupération ; ils peuvent être détournés de leur fonction première. Enfin, l'enseignement est adapté au milieu culturel.


Les grands principes


  • La coopération : les enfants sont traités comme des personnes impliquées dans leur formation ; ils échangent leurs connaissances, les voient évoluer, inventent, pensent ensemble et découvrent que chacun peut avoir un point de vue.

  • La démocratie : respect de l'autre, écoute, dialogue, solidarité, partage d'idées sans hiérarchie, participation à la vie de l'école

  • Les "cent langages" : la multiplicité des moyens d'expression (graphique, corporel, symbolique, plastique, musical, scientifique...) renforce les apprentissages

  • L'environnement comme professeur : un espace agréable, pensé pour être ouvert sur le monde et inviter à créer

  • L'interaction sociale : l'enfant cherche et découvre, l'adulte l'aide à se poser les bonnes questions, c'est un facilitateur

  • Le projet : une approche par projets pour inciter les enfants à en apprendre le plus possible sur un sujet donné, en suscitant leur intérêt et enclencher de multiples découvertes et la résolution de problèmes.


Quel matériel ?


  • Mobilier et accessoires : table à projets, bocaux transparents pour la classification des matériaux, boîtes hermétiques pour le modelage et le bricolage, carton à dessin

  • Documentation : classeur, appareil photo

  • Matériaux pour création, expériences et jeu libre : matériaux issus de la nature, d'art plastique ou de récupération

La notion la plus importante de la pédagogie Reggio réside dans le cheminement, l'expérience et non pas dans le résultat final. Une autre pédagogie accorde une grande place au rôle de la créativité dans le progrès des apprentissages : la pédagogie Steiner.




La pédagogie Steiner-Waldorf


Rudolf Steiner, philosophe autodidacte, a créé l'anthroposophie, un mouvement de pensée dont il a appliqué ses idées à l'éducation ; il consiste à avoir une meilleure connaissance de soi en développant ses forces mentales. Pour Steiner, les activités manuelles, artistiques et scientifiques sont essentielles : elles recentrent les enfants sur leur intériorité et leur créativité et permettent la transmission d'une culture et d'un système de valeurs.


Les grands principes


  • Des rythmes de développement : le jardin d'enfants jusqu'à 7 ans ; 8 classes de 7 à 14 ans ; 3 classes de 15 à 19 ans. Le programme comprend pour chaque période un tiers d'activités intellectuelles, un tiers d'activités manuelles et physiques, un tiers d'activités artistiques

  • Des rituels : le déroulement de la journée suit une succession de moments adaptés à l'âge de l'enfant, la répétition permettant de renforcer sa faculté de concentration et sa mémoire rythmique

  • L'art comme stimulant des apprentissages fondamentaux : la créativité, les activités manuelles et artistiques dirigées stimulent la curiosité de l'enfant et son intérêt pour la connaissance.

  • Le jeu libre et créatif : avant 7 ans, la pédagogie Steiner prend le parti de limiter les acquisitions au jeu libre, afin de permettre la découverte de soi, de stimuler et façonner le cerveau en puisant dans les ressources naturelles

  • La joie de vivre : l'attitude joyeuse et bienveillante de l'adulte crée un environnement chaleureux qui donne envie à l'enfant de bien faire et par lui-même.

  • L'artisanat : l'apprentissage manuel a pour but de développer la confiance en soi, la spiritualité, l'intellect et la mémoire de l'enfant

  • Les légendes, fêtes et célébrations : les fêtes annuelles rythment les saisons et les légendes nourrissent l'imagination et la conscience des enfants


Quel matériel ?


  • Matériel de jeu : morceaux de tissus, formes de bois, pierres, cartons, jouets en bois ou feutre, balles en crochet, puzzles...

  • Matériel créatif : crayons de cire, argile, peinture, papier recyclé

  • Artisanat : laine et aiguilles, feuilles de cuivre, métier à tisser, outillage pour travail du bois et vannerie, jardinage, cuisine...

  • Matériel musical : diapason, kalimba, tube sonore...

  • Dans la chambre : voilages colorés, étagères et meubles en bois naturel et coins arrondis, table des saisons, attrape-rêves, tapis peau de mouton...

La pédagogie Steiner accorde une place importante à la spiritualité et à l'ésotérisme, ce qui ne fait pas forcément l'unanimité. Elle est néanmoins intéressante dans son concept globalisant, dans le plaisir de la fabrication et dans la ritualisation.


Chaque pédagogie alternative mériterait d'être détaillée, néanmoins voyons dans la partie suivante les grandes lignes d'autres pédagogies existantes.




Les autres pédagogies


  • Froebel : le jeu libre et l'expérience comme vecteurs de compréhension du monde et du développement autonome des capacités de l'enfant

Je n'ai pas développé dans le détail cette pédagogie car j'en ai parlé un peu plus en détail dans un autre article du blog, L'apprentissage et l'autonomie par le jeu.


  • Freinet : autogestion de la classe, travail autonome, apprentissage fondé sur ce qui intéresse l'enfant dans son milieu de vie ; le travail de chacun est valorisé par l'échange


  • Decroly : chaque enfant mobilise ses ressources personnelles pour élaborer son propre savoir ; le jeu éducatif est valorisé et les apprentissages sont appréhendés de manière globale et non hiérarchique


  • Pikler : le bébé est une personne à part entière qui doit se développer librement dans des activités spontanées ; le "prendre soin" est primordial, avec des gestes doux et l'existence constante d'un échange verbal. L'observation bienveillante et le respect des capacités du bébé contribuent à son bien-être


  • Mason : la nature comme source d'éducation scientifique ; l'intervention parentale est valorisée. Une journée équilibrée comprend des leçons variées de courte durée et de longs moments d'activité dans la nature. La lecture de récits vivants donne du sens à l'instruction.


Tous ces concepts éducatifs ont des points communs : l'action, la création, l'expérience, le respect du libre choix et des rythmes de l'enfant, le plaisir. Ces facteurs sont les clés d'un bon apprentissage. Même si les méthodes diffèrent d'une pédagogie à l'autre, le bien-être physique et intellectuel de l'enfant en sont le socle commun.




Mon ressenti et mon expérience de maman quant aux pédagogies alternatives


Je ne peux pas dire que j'applique l'une de ces pédagogies à la lettre, ce serait mentir. En revanche, j'essaie de puiser dans chacune ce qui fait écho en moi, ce qui m'inspire, ce à quoi j'ai la sensation que mes enfants seront réceptifs. Je ne ressens aucune obligation de m'en tenir à un modèle. Et surtout, je suis une maman dans toute son imperfection qui a ses hauts, ses bas et qui parfois n'a juste pas l'énergie de laisser faire ou de laisser le choix, car trop d'impératifs autour, et c'est ok. En tant que parents, ces pédagogies peuvent être considérées comme des modèles inspirants pour guider nos enfants vers l'autonomie.


Je pense que c'est très important de suivre son instinct, ses envies éducatives. Les parents sont les plus à même de savoir, ou du moins de ressentir ce qui conviendra le plus à leur enfant.

L'important est de retenir que l'expérimentation et le jeu, la dimension ludique, sont nos meilleurs alliés pour que les apprentissages de nos enfants s'effectuent dans les meilleures conditions.


Pour ma part, j'ai deux enfants très différents dans leur rapport à l'autonomie, l'un veut qu'on fasse pour lui, l'autre veut tout faire tout seul, chacun avance au rythme qui lui est propre.

Ce qui m'inspire dans les pédagogies que je viens de détailler ? Je dirais l'apprentissage en lien étroit avec la nature propre à chacune ; une grande partie de Montessori avec l'adaptation de l'environnement à l'enfant et la liberté d'expérimentation ; l'aspect coopératif et interactif de Reggio ; la créativité, la ritualisation et le respect des rythmes de Steiner ; le jeu comme moteur d'apprentissage de Froëbel. Et il n'y a pas que dans ma vie de maman que ces pédagogies m'inspirent au quotidien.