top of page
  • Julie

La nature, école de la vie

Dernière mise à jour : 25 juil. 2022

Un enfant a mille choses à apprendre de la nature, c'est une enseignante hors pair. De nombreuses écoles dans le monde ont développé le concept d'apprentissage dans la nature ; en Papouasie Nouvelle-Guinée, les enfants se rendent à l'école dans la jungle, machette à la main ; en Islande, les travaux manuels comme la menuiserie sont privilégiés et l'école possède des animaux ; à Hir en Iran, l'école se situe en pleine montagne et la nature est une source d'inspiration ; en Finlande, dans le programme des 0-6 ans, un chapitre sur 5 est consacré à l'importance d'explorer ou interagir avec son environnement.


En France, les enfants n'ont plus d'espace de liberté ou presque ; ils sont surveillés en permanence, par peur de fuite, d'accident, de saleté, de kidnapping... Les menaces prennent le pas sur la liberté. Les écrans ont pris une (trop) grande place dans la vie quotidienne, autant d'heures à ne pas jouer, avoir de relations sociales et faire des activités utilisant les 5 sens.

Ce qu'on peut avoir tendance à oublier, c'est qu'il existe d'autres menaces à l'intérieur : risque d'obésité, vue qui baisse, pollution...


En 2013, une étude montre qu'un enfant sur 3 ne distingue pas une figue d'une courgette ou d'un poireau. Ce phénomène des "enfants d'intérieur", coupés de la nature, existe depuis les années 80. Quel dommage, alors qu'une enfance proche de la nature peut changer complètement l'épanouissement de l'enfant et définir son bien-être et son rapport aux autres à l'âge adulte.





L'école de la nature en France


Quid des classes de la nature en Europe et en France ? Près de 3000 maternelles ont ouvert en Europe depuis les années 50, principalement en Allemagne et au Danemark. En Norvège, au Danemark, en Ecosse, la nature a une grande importance dans l'éducation. En France, le principe est rare , 3 établissements ont ouvert depuis 2018, dont l'école primaire Caminando située dans la Drôme et fondée par M. Fifils. Le fil directeur étant "la nature pour école", le but principal est de remettre du lien entre l'enfant et la nature. La pédagogie est inspirée des lois du vivant pour fonctionner : coopération, don, prendre soin de l'autre. Dans la cour de cette école, il n'y a pas de goudron, uniquement de l'herbe, des arbres, un potager, une marre, une serre.



L'école Caminando, où les enfants apprennent au coeur de la nature


En 1878, Alexandre Dumas écrivait ceci :


« Si j’étais roi de France, il n’entrerait pas un enfant dans les villes avant qu’il eût l’âge de douze ans. […] Jusque-là, ils vivraient à l’air, au soleil, dans les champs, dans les bois, en compagnie de chiens et de chevaux, face à face avec la nature qui fortifie le corps des enfants, prête l’intelligence à leur cœur, poétise leur esprit, et leur donne de toutes choses une curiosité plus utile à l’éducation que toutes les grammaire du monde. »


Malheureusement, en France, les écoles ont été construites sur le modèle des monastères, fermées, coupées du monde extérieur et de la nature ; la théorie et la pensée immobile sont privilégiées. On demande aux enfants de rester immobiles et silencieux dans une salle fermée, alors que leurs besoins naturels sont de bouger, de jouer librement, de s'exprimer. La motricité, les émotions, la créativité ont peu de place dans les écoles en France alors que dans les pays nordiques, par exemple, l'enfant grandit à la fois dans son corps et dans son intellect. En France, tout est normé, goudronné, plastifié pour supposément éviter des accidents, sans aucun coin de verdure ou presque. Plutôt dommage, qu'en pensez-vous ?


Or, même les jeux risqués sont importants pour apprendre les limites, les dangers. Ce sont des stimuli importants dans le cadre d'un développement normal. L'accès au jeu actif dans la nature est essentiel à un développement sain, avec les risques que cela comporte.