• Julie

La nature, école de la vie

Dernière mise à jour : 25 juil.

Un enfant a mille choses à apprendre de la nature, c'est une enseignante hors pair. De nombreuses écoles dans le monde ont développé le concept d'apprentissage dans la nature ; en Papouasie Nouvelle-Guinée, les enfants se rendent à l'école dans la jungle, machette à la main ; en Islande, les travaux manuels comme la menuiserie sont privilégiés et l'école possède des animaux ; à Hir en Iran, l'école se situe en pleine montagne et la nature est une source d'inspiration ; en Finlande, dans le programme des 0-6 ans, un chapitre sur 5 est consacré à l'importance d'explorer ou interagir avec son environnement.


En France, les enfants n'ont plus d'espace de liberté ou presque ; ils sont surveillés en permanence, par peur de fuite, d'accident, de saleté, de kidnapping... Les menaces prennent le pas sur la liberté. Les écrans ont pris une (trop) grande place dans la vie quotidienne, autant d'heures à ne pas jouer, avoir de relations sociales et faire des activités utilisant les 5 sens.

Ce qu'on peut avoir tendance à oublier, c'est qu'il existe d'autres menaces à l'intérieur : risque d'obésité, vue qui baisse, pollution...


En 2013, une étude montre qu'un enfant sur 3 ne distingue pas une figue d'une courgette ou d'un poireau. Ce phénomène des "enfants d'intérieur", coupés de la nature, existe depuis les années 80. Quel dommage, alors qu'une enfance proche de la nature peut changer complètement l'épanouissement de l'enfant et définir son bien-être et son rapport aux autres à l'âge adulte.





L'école de la nature en France


Quid des classes de la nature en Europe et en France ? Près de 3000 maternelles ont ouvert en Europe depuis les années 50, principalement en Allemagne et au Danemark. En Norvège, au Danemark, en Ecosse, la nature a une grande importance dans l'éducation. En France, le principe est rare , 3 établissements ont ouvert depuis 2018, dont l'école primaire Caminando située dans la Drôme et fondée par M. Fifils. Le fil directeur étant "la nature pour école", le but principal est de remettre du lien entre l'enfant et la nature. La pédagogie est inspirée des lois du vivant pour fonctionner : coopération, don, prendre soin de l'autre. Dans la cour de cette école, il n'y a pas de goudron, uniquement de l'herbe, des arbres, un potager, une marre, une serre.



L'école Caminando, où les enfants apprennent au coeur de la nature


En 1878, Alexandre Dumas écrivait ceci :


« Si j’étais roi de France, il n’entrerait pas un enfant dans les villes avant qu’il eût l’âge de douze ans. […] Jusque-là, ils vivraient à l’air, au soleil, dans les champs, dans les bois, en compagnie de chiens et de chevaux, face à face avec la nature qui fortifie le corps des enfants, prête l’intelligence à leur cœur, poétise leur esprit, et leur donne de toutes choses une curiosité plus utile à l’éducation que toutes les grammaire du monde. »


Malheureusement, en France, les écoles ont été construites sur le modèle des monastères, fermées, coupées du monde extérieur et de la nature ; la théorie et la pensée immobile sont privilégiées. On demande aux enfants de rester immobiles et silencieux dans une salle fermée, alors que leurs besoins naturels sont de bouger, de jouer librement, de s'exprimer. La motricité, les émotions, la créativité ont peu de place dans les écoles en France alors que dans les pays nordiques, par exemple, l'enfant grandit à la fois dans son corps et dans son intellect. En France, tout est normé, goudronné, plastifié pour supposément éviter des accidents, sans aucun coin de verdure ou presque. Plutôt dommage, qu'en pensez-vous ?


Or, même les jeux risqués sont importants pour apprendre les limites, les dangers. Ce sont des stimuli importants dans le cadre d'un développement normal. L'accès au jeu actif dans la nature est essentiel à un développement sain, avec les risques que cela comporte.





Les bienfaits d'une pédagogie par la nature


Les études se sont multipliées pour démontrer les bienfaits de la nature sur les petits comme sur les grands, il existe une grande documentation sur le sujet.


La nature favorise les apprentissages, elle développe l'intelligence : compréhension du monde, découvertes des sensations... Les capacités de mémoire immédiate sont accrues lors d'une balade dans un espace vert, par rapport à une balade en milieu urbain.


Apprendre dans la nature comporte de grands avantages : il n'y a plus de contrainte d'espace et de bruit, les besoins naturels de l'enfant sont respectés et il peut pratiquer le jeu libre.


Une éducation qui s'appuie sur la nature est plus efficace pour les apprentissages et la réussite scolaire, de nombreuses études le prouvent désormais.

En faisant classe à l'extérieur, les enfants ont envie d'aller à l'école. Le vocabulaire devient concret grâce à l'expérimentation, le contact physique avec les éléments. Chacun trouve sa place, il y a moins de barrières et de différences socio-culturelles, plus d'autonomie ; l'école de la nature est inclusive.

La nouveauté est constante, sans stimulation excessive ; chaque chose reste à sa place mais la nature évolue constamment au fil de l'année. Chaque objet de la nature offre des possibilités infinies.


La pédagogue Maria Montessori recommande aux enseignants le contact, le lien avec la nature : "Qu'ils courent dehors quand il pleut, qu'ils enlèvent leurs souliers quand ils trouvent un peu d'eau, et quand l'herbe des prés est humide de rosée, laissez leurs pieds nus la fouler : qu'ils se reposent paisiblement quand un arbre les invite à dormir à son ombre." Cela afin qu'ils se sentent bien pour pouvoir apprendre.




Comment nos enfants apprennent dans la nature ?


En observant, en expérimentant. Ils ramassent du bois pour construire une cabane, cueillent des fleurs pour faire de jolis bouquets, ramassent des fruits, ils peuvent apprendre à faire un feu de camp, s'occuper du potager, ramasser des coquillages, s'orienter avec une carte et une boussole, reconnaître les constellations, faire un bonhomme de neige, ramasser des feuilles mortes, des châtaignes, découvrir les formes des nuages et ainsi faire travailler leur imagination, grimper aux arbres, marcher en équilibre sur un tronc d'arbre ou encore faire des roulades sur une pente.





La nature est un terrain de jeu illimité et une source d'apprentissages inépuisable. En plus d'avoir un impact positif sur les compétences cognitives, elle a un effet apaisant qui procure un vrai bien-être émotionnel permettant aux enfants d'être en meilleure capacité de gérer leurs émotions ; elle booste l'immunité et diminue le risque d'allergies ; elle permet une meilleure forme physique et stimule les 5 sens. Il serait bien dommage de s'en priver !


Elle est source d'expériences de joie, d'émerveillement, d'enthousiasme, forme la personnalité, la sensibilité, la compréhension du monde et le rapport aux autres ; elle permet une diminution notable des comportements agressifs. Elle facilite les jeux d'imitation, le jeu symbolique, le faire-semblant, essentiels pour assimiler la réalité.


C'est aussi un accès à l'esthétique du monde, favorisant l'expression artistique ; les jeux des enfants sont plus imaginatifs, plus constructifs, sensoriels, coopératifs sur sur le bitume.


Alors, si vous avez un coin de verdure près de chez vous, allez-y aussi souvent que possible avec vos enfants. Et si vous habitez en pleine ville, il est tout à fait possible d'aller à la rencontre de la nature.


Observer et expérimenter la nature en ville


Les villes ont été construits à l'origine pour se protéger des barbares et des animaux sauvages : avant le XIXe siècle, la nature n'y avait pas sa place et la biodiversité était quasi inexistante.

Depuis la fin du XIXe, la nature réinvestit la ville, dans un système écologique ayant ses propres règles. Les plantes et animaux s'installent dans tous les espaces de verdure peu nettoyés ou gérés : jardins, parcs publics ou privés, espaces délaissés au bord des routes et des rails, points d'eau sauvages, ronds-points, bordures de rues avec arbustes, etc.


Les jardinières ont un grand intérêt en ville : elles sont un refuge pour les petites espèces et participent à la pollinisation ; on peut accueillir ou aider la nature, même avec un tout petit balcon ou un rebord de fenêtre ! En mulitpliant les bouts de nature en ville, on contribue à rafraîchir l'air, limiter la pollution, améliorer la qualité visuelle et le bien-être de ses habitants. Tout bénèf pour nos enfants !


Depuis quelques années, des initiatives permettent d'intégrer et d'observer davantage la nature en ville : les hôtels à insectes, les ruchers urbains, les nichoirs, les jardins partagés ou collectifs (potagers), etc. De nouvelles espèces sont visibles grâce à la diminution des pesticides, et une gestion plus écologique des espaces verts : rapaces, renards, petits oiseaux, nombreux insectes...

Les NAC relâchés par les particuliers ont également contribué à la diversification des espèces en ville : tortues de Floride, écureuils gris ou encore perruches à collier.


En ouvrant bien les yeux, vous pouvez, avec vos enfants, trouver des bouts de nature un peu partout en ville. Cherchez-les et impliquez petits et grands dans ces découvertes. Renseignez-vous auprès de votre commune pour connaître les initiatives autour de la nature (ateliers, potagers partagés, balades thématiques etc.)



Qu'est-ce que je peux faire, en tant que parent ?


C'est le rôle des parents de faire découvrir la nature à leurs enfants, avant tout.

Nous pouvons, en tant que parents, mettre la nature au coeur de notre éducation, de différentes manières.


La première est de faire en sorte que leur environnement soit empreint de nature, y compris à la maison (avec des objets collectés dans la nature, utilisés pour des activités par exemple) ; en plantant sur son balcon ou son jardin des plantes pour nourrir les oiseaux, les insectes, les petits mammifères, en installant un nichoir, en créant un abri.


La deuxième est de sortir aussi souvent que possible : parc, promenades, pique-nique...

La troisième enfin, de transformer chaque rencontre avec la nature en aventure : chasse aux trésors, découverte sensorielle, construction d'une cabane, tenir un carnet de découvertes, collecter pour faire un herbier, observer les papillons, compter l'âge d'un arbre, reconnaître les espèces de plantes et fleurs... Les possibilités de la nature sont infinies !


Retrouvez votre enthousiasme d'enfant en vous émerveillant avec les vôtres.



Pour conclure cet article, je vous cite un extrait du congrès mondial de L'UICN (Union pour la conservation de la nature) de 2012 :

"Grandir dans un environnement sain et être en contact avec la nature est d'une importance tellement fondamentale pour les enfants, l'avenir de la conservation de la nature et la protection de l'environnement, que cela devrait être reconnu et codifié au niveau international comme un droit fondamental pour les enfants."


Portez-vous bien mes archinautes ! Mettez un commentaire pour raconter votre rapport à la nature et la place qu'elle occupe dans la vie de vos enfants.



Sources ; pour aller plus loin


  • Magazine Kaizen en ligne

  • L'enfant dans la nature : pour une révolution de l'éducation / M. Fauchier-Delavigne et M. Chéreau

  • Lumni.fr

  • Où se cache la biodiversité en ville ? 90 clés pour comprendre la nature en ville / P. Clergeau et N. Machon - éd. Eyrolles

  • Emmenez les enfants dehors ! Comment la nature est essentielle au développement de l'enfant / C. Ferjou avec M. Fauchier-Delavigne ; éd. R. Laffont

  • https://eveil-et-nature.com/ : livret téléchargeable "Une éducation nature pour mes enfants"

  • Une enfance en liberté : protégeons nos enfants du syndrome du manque de nature / R. Louv ; Leduc éd.