top of page
  • Julie

Bienvenue à bord de L'arche de Juju !





L'arche de Juju, c'est qui, c'est quoi ?


C'est l'histoire d'une maman, Julie, surnommée Juju, qui se situait à un tournant dans sa vie professionnelle et personnelle, et qui a décidé de faire d'une passion naissante le rêve d'une vie et la concrétisation de ses valeurs.


J'occupais un poste de documentaliste dans une entreprise privée qui a fermé pour cause de difficultés financières. A la suite de ce licenciement économique, je me suis posée la question suivante : ai-je vraiment envie de chercher un nouveau poste dans ce secteur ? D'occuper un poste d'employée, tout court ?

Je savais que j'avais quelque-chose à exprimer professionnellement, mais je ne parvenais pas à définir quoi exactement. J'ai profité d'un temps de recherche, durant lequel j'ai attendu mon deuxième enfant, pour réfléchir à ce qui m'animait.


La réponse s'est imposée à moi progressivement, à partir du jour où j'ai reçu en cadeau ma première machine à coudre. Jamais je n'avais été aussi enthousiaste à l'idée de réaliser quelque-chose avec mes mains.



La couture, une révélation


Ce qui n'était au départ que la découverte d'un agréable loisir est devenu une quasi obsession.

J'ai commencé par coudre des petits accessoires pour moi, pour la maison, pour mes enfants, à offrir des cadeaux par-ci par-là, puis à réaliser des vêtements pour les petits à partir de patrons existants, puis pour moi, j'ai suivi des tutoriels, j'ai potassé quantité de livres, j'ai consulté des blogs, j'ai suivi quelques formations de base...


Le jour où je me suis sentie vraiment à l'aise avec la couture, j'ai commencé à créer sans suivre les tutos et patrons des autres mais bien d'après mes propres idées ; et j'ai su que je ne voulais plus rien faire d'autre de ma vie professionnelle que créer de mes mains, vivre de la couture. J'ai eu l'intime conviction d'avoir trouvé ma voie.


Je ne suis pas couturière de formation, j'apprends en totale autodidacte mais cela n'affecte en rien ma légitimité ; car ainsi je peux laisser libre cours à ma créativité tout en continuant à progresser dans mes apprentissages, sans être limitée par le formatage d'années d'études. Je suis fière d'avoir appris et de continuer à apprendre mon métier en toute autonomie.


En photo : ma toute première machine et les conditions de couture qui allaient avec : dans la pénombre lorsque les enfants étaient couchés, sur un coin de la table du salon



Mes enfants, mon inspiration


L'essentiel de mon apprentissage s'est fait alors que j'attendais mon deuxième enfant et que mon aîné était dans sa deuxième année. Il est clair que mes enfants sont la source directe de ma créativité.


Pour eux, j'ai cherché à concevoir des acc